Burkina Faso :< Opération caisses vides> tel est le mot d’ordre du SYNTSHA ( syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale)

0
116

Le  Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (SYNTSHA) lance le mot d’ordre <Opération caisses vides> du lundi 11 juin 2018 à 7h au lundi 18 juin 2018 à 7h.

Extrait de la déclaration.

 » Au regard du mutisme du gouvernement après notre grève des 23 et 24 mai 2018, le Conseil de Direction du SYNTSHA, qui a réuni 41 sections sur 46, a adopté un mot d’ordre « d’opération caisses vides » allant du lundi 11juin 2018 à 7h au lundi 18 juin 2018 à 7h. Durant cette période, les travailleurs doivent offrir gratuitement leurs prestations aux patients. Ce mot d’ordre qui intervient après la dernière grève ignorée par le gouvernement, vise à dénoncer le mépris de celui-ci tout en exprimant si besoin en était le caractère citoyen de nos revendications et luttes qui ne sont nullement dirigées contre les patients bien au contraire.

(…) Ainsi, en raison de cette option pour la voie de la lutte ferme, en tant citoyens exerçant dans les secteurs de la santé humaine et animale, nos actions de lutte visent constamment à exiger :
1°) le respect du droit universel d’opiner et de manifester par rapport à la gouvernance de notre pays qui détermine celle des services où nous exerçons ; il s’agit d’exiger la garantie des libertés démocratiques et syndicales sans lesquelles il n’y a aucun espace pour parler de droit encore moins de revendication.
2°) de meilleures conditions de travail : n’avons-nous pas le droit de soigner les patients dans des conditions meilleures que celles qui existent actuellement? A ce niveau, il faut souligner que l’article 26 de la Constitution du 02 juin 1991stipule que « Le droit à la santé est reconnu. L’Etat œuvre à le promouvoir ».
3°) de meilleures conditions de vie sans lesquelles les travailleurs qui produisent les services et les soins ne seront pas capables d’offrir des prestations de qualité exigée.
En somme, tout travailleur qui choisit d’accompagner le gouvernement dans sa démission face à la santé de la population est dans son droit. En revanche, personne n’étant contraint de participer à nos luttes, le SYNTSHA et ses militants entendent défendre fermement leur droit d’apprécier la gouvernance du pays et de formuler des revendications pour contribuer à changer les choses en faveur des travailleurs et du peuple. »

#Burkina

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here