Burkina Faso : Clément Sawadogo ministre de la sécurité plus 400 présumés terroristes sont déjà aux arrêts

0
269

Burkina : « Plus de 400 présumés terroristes sont déjà aux arrêts » Clément Sawadogo
En prélude à la rentrée politique du mouvement du Peuple pour le progrès(MPP), la direction du parti a rencontré les hommes de médias ce vendredi à Ouagadougou.

Simon Compaoré et ses camarades ont aussi abordés les questions liées à l’actualité nationale marquée notamment par la menace sécuritaire et la marche de l’opposition politique prévue pour le 29 septembre prochain.
33 mois après la prise du pouvoir du président Roch Marc Christian Kabore, plusieurs acquis ont été enregistrés en dépit des difficultés rencontrées sur le terrain, foi du président par intérim du MPP. En prenant le soin de citer quelques-uns sur le plan socio-économique, judiciaire et politique Simon Compaoré reste convaincu qu’ils seront ont rendez-vous de 2020 au terme de bilan.
Le MPP entame dès ce samedi 15 septembre 2018 sa rentrée politique sous le thème ‘’Surmonter le défi sécuritaire et réussir la mise en œuvre du PNDES dans l’unité et la discipline.
Comme il fallait s’y attendre, les journalistes présent à cette conférence de presse sont revenus sur la question de la menace terroriste et des supposés projets de déstabilisations. A cela le ministre de la sécurité Clément Sawadogo s’est voulu rassurant quant aux moyens déployés sur le terrain pour y faire face. « Nous avons travaillé à outiller notre armée qui aujourd’hui est devenue une armée digne de ce nom. Quand on parle de moyen qu’on ne donne pas aux hommes, ce n’est pas vrai, du travail est en train d’être fait. Plus de 400 présumés terroristes sont déjà aux arrêts et les opérations se poursuivent» a-t-il tenu à préciser
Qui est donc à l’origine de ces attaques qui endeuillent nos populations ? A cette question Clément Sawadogo est allé dans une analyse qui fait ressortir la part de responsabilité de plusieurs groupes dans cette tentative de déstabilisation.
« Il n’y a des attaques terroristes de type djihadistes comme nous le voyons ailleurs dans la sous-région. Il se trouve qu’au Burkina il y’a d’autres formes d’attaques. La thèse de la déstabilisation ne fait pas ombre de doute. Il ne revendique pas les attaques et ils ont la volonté d’assaillir tout le territoire en ciblant plusieurs régions. Il y’a aussi la présence suspecte de certains hommes de l’ex RSP. Quand on ajoute les déclarations de certains leaders politique et le mouvement de certaines personnes à l’extérieur du pays nous pouvons donc tirer la conclusion qu’il y’a belle et bien tentative de déstabilisation.» Dixit le ministre de la sécurité qui a aussi donné son avis sur l’implication de Safiatou Lopez dans cette affaire. « Ils ont été pris la main dans le sac, c’est clair comme l’eau de roche », renchérit t- il
Si Simon Compaoré affirme que la marche de l’opposition ne les regarde pas, Clément Sawadogo lui appelle les militants de l’opposition à faire attention car certains dans leur rang ont des plans ‘’B’’. « Il n’y a des dignitaires de l’ancien régime qui sont impliqués dans la tentative de déstabilisation peut être même sans que la direction du parti ne sache. Au sein du CDP, les gens n’ont pas la même vision, et même au sein du CFOP les gens n’ont pas la même vision de la marche. Il faudra vraiment faire attention à ne pas se laisser infiltrer.»
Les conférenciers du jour ont lancé un appel à la mobilisation de leurs militants pour la réussite de cette rentrée politique et à la réflexion autour du thème. Le clou de cette rentrée politique c’est l’assemblée générale qui va se tenir à la maison du peuple ce 22 septembre.
SIDNOMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here