Au Sahel, les limites du « en même temps » d’Emmanuel Macron

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

A l’issue d’un sommet réunissant le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad, le chef de l’Etat a annoncé, mardi 16 février, le maintien des forces de l’opération « Barkhane » dans la région… et une « évolution » de la présence française après l’été.

Rester au Sahel tout en envisageant d’amorcer un retrait sur la pointe des pieds. Les annonces d’Emmanuel Macron, mardi 16 février, à l’issue du sommet réunissant cinq pays de la région (Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie et Tchad) reprennent sa rhétorique bien connue du « en même temps ». Loin du repli partiel envisagé, le président de la République a annoncé « une action renforcée » pour « essayer d’aller décapiter ces organisations [djihadistes] » et le maintien des 5 100 militaires de l’opération française « Barkhane ». Mais il a aussi évoqué « une évolution de notre présence » après l’été. La plus importante « opération extérieure » de l’armée française pourrait être transformée en une intervention plus légère et plus discrète ciblant les chefs des groupes djihadistes concurrents, filiales d’Al-Qaida et de l’organisation Etat islamique, qui contrôlent plusieurs régions du Mali et sévissent au Burkina Faso et au Niger. Huit ans après l’intervention militaire décidée par François Hollande pour empêcher les islamistes de prendre le pouvoir à Bamako, le bilan est amer. Certes, le renforcement des effectifs français décidé voici juste un an a permis à « Barkhane » d’enregistrer des victoires militaires notables, dont l’élimination, en juin 2020, du chef historique d’Al-Qaida au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel. Certes, la cohésion et la formation des armées locales regroupées dans le G5 Sahel ont progressé. Quant aux dirigeants des Etats de la région, menacés par les islamistes, ils sont plus que jamais demandeurs.

lemonde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina Faso: le MPS et l’UNIR/PS s’unissent pour renforcer le sankarisme

C'est officiel, le parti de l'œuf de Me Bénéwendé Stanislas SANKARA et celui de Yacouba Isaac ZIDA dirigé par le Pr Augustin LOADA ne...

5e Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats distingués à Kosyam

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 mardi 2021 la journée de l’excellence scolaire pour l’année 2021 au palais...

Fermeture des frontières : Le conseil de l’économie informelle sensibilise plaide pour leur réouverture

Le Conseil national de l’économie informelle (CNEI-BF) était chez le Mogho Naaba dans la matinée du 3 août 2021. Objectif, présenter le bureau national...

Devoir de redevabilité : le Conseil Régional du Centre dresse son bilan

Le Conseil Régional du Centre a fait le bilan de ses activités de 2016 à 2021, ce mardi 3 août 2021 à Ouagadougou. Un...

Vous aimeriez aussi