Burkina : Abdoul Karim SANGO et les étudiants de Nazi Boni échangent sur le passage à la Ve République

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

Abdoul Karim SANGO, président du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), a animé une conférence publique le samedi 12 juin 2021 à l’université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso. L’objectif de cette conférence était de permettre la saisie des opportunités d’une République au Burkina Faso par les participants.

« 30 ans de la Constitution, bilan et passage à la Ve République », tel était le thème de cet échange avec l’ancien ministre de la Culture Abdoul Karim SANGO et les étudiants de l’université Nazi Boni de Bobo-Dioulasso. Les échanges ont porté non seulement sur le bilan des 30 ans de Constitution au Burkina, mais aussi sur le passage à la Ve République.

Pendant cette conférence, Aboul Karim SANGO a fait savoir que « l’édification d’une société démocratique prospère exige l’existence d’une masse critique assez élevée de citoyens ». Alors, il précise, « on ne nait pas citoyen, on le devient par la formation et l’information sur la vie de la cité qui est régie par la Constitution ». De la Constitution actuelle du Burkina, il a indiqué qu’elle a des atouts en ce qu’elle consacre les grands principes de l’Etat de droit démocratique : libertés et droits fondamentaux de l’homme, séparation des pouvoirs, indépendance de la justice.

« Mais que vaut une Constitution sans culture constitutionnelle et l’existence d’une justice constitutionnelle audacieuse ? », s’est interrogé le conférencier avant de marteler que « Sans une justice constitutionnelle audacieuse, la Constitution est simplement un gadget ».  « Et c’est ce qui a fait la principale faiblesse de la Constitution de la IVe   République au cours de ces 30 dernières années. Constamment violée et instrumentalisée, notamment sur le principe de l’intangibilité de la durée des mandats présidentiels, la Constitution du 2 juin 1991 va être une des sources de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 », a fait remarquer le conférencier qui a estimé alors qu’il est nécessaire de passer à une Ve République.

Il a souhaité qu’au plan symbolique que le projet de nouvelle Constitution devrait « traduire le slogan du plus rien ne sera comme avant en renforçant les droits et devoirs du citoyen, l’équilibre des pouvoirs, la suppression de la haute cour de justice remplacée par une juridiction de droit commun, les mécanismes de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption ».

Œil Du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina Faso: le MPS et l’UNIR/PS s’unissent pour renforcer le sankarisme

C'est officiel, le parti de l'œuf de Me Bénéwendé Stanislas SANKARA et celui de Yacouba Isaac ZIDA dirigé par le Pr Augustin LOADA ne...

5e Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats distingués à Kosyam

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 mardi 2021 la journée de l’excellence scolaire pour l’année 2021 au palais...

Fermeture des frontières : Le conseil de l’économie informelle sensibilise plaide pour leur réouverture

Le Conseil national de l’économie informelle (CNEI-BF) était chez le Mogho Naaba dans la matinée du 3 août 2021. Objectif, présenter le bureau national...

Devoir de redevabilité : le Conseil Régional du Centre dresse son bilan

Le Conseil Régional du Centre a fait le bilan de ses activités de 2016 à 2021, ce mardi 3 août 2021 à Ouagadougou. Un...

Vous aimeriez aussi