Burkina Faso : Affaire Norbert Zongo : l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso suspendue par la Cour européenne des droits de l’homme

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...

Affaire Norbert Zongo : l’extradition de François Compaoré vers le Burkina Faso suspendue par la Cour européenne des droits de l’homme

On  se rappelle que le 30 juillet dernier la plus haute juridiction administrative  française a validé  l’extradition de François Compaoré vers le Burkina où  ce frère cadet du président du Faso déchu Blaise Compaoré  est mis en cause dans l’assassinat en 1998  du journaliste d’investigation Norbert Zongo. En effet, le Conseil d’Etat a rejeté le recours formé par François Compaoré contre décret d’extradition signé en mars 2020  par Edouard Philippe, Premier ministre français de l’époque. «  La requête de M. Compaoré est rejetée », a avait indiqué la décision du Conseil d’Etat. Ainsi les avocats de François Compaoré avaient pris acte de cette décision du Conseil d’Etat et avaient indiqué que leur client était prêt à faire face à cette décision de justice. Néanmoins, Me François-Henri Briard et Pierre Olivier Sur avaient regretté que cette décision du Conseil d’Etat  ne s’inscrivaient pas dans « la ligne des précédents jurisprudentiels qui excluent toute mesure  d’extradition à caractère politique ou qui expose la personne concernée à des risques de tortures , de traitements inhumains et dégradants et de violations du droit à un procès équitable ».  Ainsi les avocats de François Compaoré avaient annoncé qu’ils avaient saisi la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) afin qu’elle « fasse échec à l’extradition envisagée et sanctionne les manquements de la France à le protéger ».  Cette Cour vient de mettre en demeure ce 6 août  le gouvernement français de ne pas procéder à l’extradition de François Compaoré vers le Burkina pendant la durée  de la procédure devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Les conseils de François Compaoré ont salué avec enthousiasme cette décision indépendante et impartiale de cette Cour. 

Par Yves Ouédraogo

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Délinquance urbaine : Il simule son propre enlèvement pour soutirer 5.000.000 de FCFA à ses parents.

Il s’agit d’un fait digne d’une œuvre cinématique hollywoodienne. Un jeune homme d’une vingtaine d’années a mis en place un scénario d’enlèvement dans le...

La France ne quittera pas le Mali et reste déterminée dans la lutte contre le terrorisme, dixit le ministre français des Armées

La ministre des Armées françaises, Florence Parly a été reçue par son homologue malien de la Défense et des anciens combattants, le colonel Sadio...

Sécurité : l’UNAPOL appelle ses membres à stopper les mouvements d’humeur

A l'effet de clarifier les préoccupations des troupes, le Bureau national de l'UNAPOL a eu des concertations avec la partie gouvernementale sur invitation de...

Rwanda : Le héros de hôtel Rwanda Paul Rusesabagina condamné à 25 ans pour tèrrorisme

Paul Rusesabagina, ancien hôtelier dont l'histoire a inspiré le film "Hôtel Rwanda" et devenu un féroce critique du régime rwandais, a été condamné lundi à...

Vous aimeriez aussi