Burkina Faso : La Marche pour la Patrie (LMP) pense que le HCRUN doit être supprimé

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

Le nouveau parti La Marche pour la Parti (LMP) à travers son président Toussaint OUÉDRAOGO s’est prononcé sur l’actualité nationale et estime que le HCRUN doit être supprimé lors d’une conférence de presse le samedi 27 février 2021 à Ouagadougou.

« La réconciliation nationale doit être une réalité », a déclaré le président du parti La Marche pour la Parti (LMP) (créé en décembre 2019), Toussaint OUÉDRAOGO. Il indique que le parti croit en l’homme qui commande ce navire et en son potentiel. Pour lui, le ministre en charge de la réconciliation « peut franchement s’il veut, et s’il a carte blanche être celui qui réconciliera tous les fils et les filles de la nation ». Par contre, il pense que certaines institutions comme le HCRUN doivent être supprimées et les rapports remis au ministre en charge de la réconciliation. « Vue la nomination du ministre en charge de la réconciliation, nous ne voyons que le ministre fera le travail du HCRUN », a laissé entendre Toussaint OUÉDRAOGO.

Le parti a pris part aux élections législatives à travers deux listes « la liste du Noumbiel et la liste nationale ». « Bien que jeune, le parti a voulu apprendre  par l’exercice  du terrain, avec ses propres ressources humaines et en fonction de ses propres moyens », a dit le président du parti qui souligne le LMP n’a soutenu aucun candidat à la présidentielle malgré les nombreuses demandes qu’ils ont reçu de candidats et de partis politiques.

En ce qui concerne la limitation des partis politiques au Burkina Faso suggérée par le président de l’Assemblée nationale, la LMP trouve que « c’est trop facile lorsqu’on est au perchoir ». Pour Toussaint Ouédraogo, il s’agit de prendre en compte les jeunes dans les instances décisionnelles et non les utiliser juste pour la mobilisation. Pour lui la jeunesse doit s’assumer en prenant les rênes des choses pour ne pas suivre l’ancienne génération.

Léa SAMA

 Œil du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

4e édition de la foire Burkin’daaga de l’association Burkina Wa-mêdo: Du 26 octobre au 1er novembre à Ouagadougou

L’association Burkina Wa-mêdo a organisé une conférence de presse le 28 juillet à son siège à Ouagadougou. L'objectif était...

Crise à la CENI: le MPC de Idrissa NOGO estime que l’opposition tente de déstabiliser les institutions de la république

Le Mouvement des peuples citoyens (MPC) de Idrissa Nogo, a animé une conférence de presse ce mercredi 28 juillet 2021 à Ouagadougou dans laquelle...

Dialogue national au Burkina: Me Hermann Yaméogo pose comme préalable la réconciliation nationale

Le mouvement rupture positive (Réconciliation, refondation, reprise) a organisé une rencontre d’information et de sensibilisation sur la situation nationale portant sur la réconciliation...

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : L’ULBF veut recruter 25 000 combattants pour la libération du pays

L’Union pour la libération du Burkina Faso (ULBF) a organisé une conférence de presse le mardi 27 juillet 2021 à Ouagadougou. Objectif, annoncer son...

9e édition du TAC : Les Premiers ministres burkinabè et ivoirien coprésident un Conseil conjoint de Gouvernements

Dans le cadre de la 9e conférence au sommet des chefs d'Etat du Traité d'Amitié et de Coopération (TAC) entre la République de Côte...

Vous aimeriez aussi