Côte d’Ivoire: le gouvernement «prend acte» de la date du retour de Laurent Gbagbo

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

Laurent Gbagbo rentrera bien le 17 juin. Le gouvernement « prend acte » de cette annonce faite lundi par ses partisans, après avoir regretté mardi 1er juin ne pas avoir été consulté. Les discussions entre les émissaires de l’ancien président et le gouvernement se poursuivent pour préparer ce retour et notamment savoir quelle forme il prendra. 

Alors que depuis 48h la polémique enfle autour de l’annonce de la date du retour de Laurent Gbagbo le 17 juin, le ministre de la Réconciliation Kouadio Konan Bertin a rendu visite ce lundi au FPI GOR.

À la sortie, KKB a tué la controverse. « Les deux parties sont en négociations pour que ce retour soit un retour apaisé. Maintenant, nous sommes un État de droit. Gbagbo est un homme libre. C’est à lui de décider quand il vient dans son pays. Nous avons appris qu’il vient le 17. Nous prenons acte », a déclaré le ministre de la Réconciliation.

Le ministre de la Réconciliation a tenu à rappeler que compte tenu de son statut particulier d’ancien chef d’État, « son retour doit s’étudier en tenant compte des questions de sécurité, de logements, etc ». « Nous avions estimé qu’avant de fixer une date, il fallait préparer tout ça », a encore déclaré Kouadio Konan Bertin pour expliquer la réaction du gouvernement qui regrettait ne pas avoir été consulté avant.

Alors que depuis 48h la polémique enfle autour de l’annonce de la date du retour de Laurent Gbagbo le 17 juin, le ministre de la Réconciliation Kouadio Konan Bertin a rendu visite ce lundi au FPI GOR.

À la sortie, KKB a tué la controverse. « Les deux parties sont en négociations pour que ce retour soit un retour apaisé. Maintenant, nous sommes un État de droit. Gbagbo est un homme libre. C’est à lui de décider quand il vient dans son pays. Nous avons appris qu’il vient le 17. Nous prenons acte », a déclaré le ministre de la Réconciliation.

Le ministre de la Réconciliation a tenu à rappeler que compte tenu de son statut particulier d’ancien chef d’État, « son retour doit s’étudier en tenant compte des questions de sécurité, de logements, etc ». « Nous avions estimé qu’avant de fixer une date, il fallait préparer tout ça », a encore déclaré Kouadio Konan Bertin pour expliquer la réaction du gouvernement qui regrettait ne pas avoir été consulté avant.

Source: RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina Faso: le MPS et l’UNIR/PS s’unissent pour renforcer le sankarisme

C'est officiel, le parti de l'œuf de Me Bénéwendé Stanislas SANKARA et celui de Yacouba Isaac ZIDA dirigé par le Pr Augustin LOADA ne...

5e Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats distingués à Kosyam

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 mardi 2021 la journée de l’excellence scolaire pour l’année 2021 au palais...

Fermeture des frontières : Le conseil de l’économie informelle sensibilise plaide pour leur réouverture

Le Conseil national de l’économie informelle (CNEI-BF) était chez le Mogho Naaba dans la matinée du 3 août 2021. Objectif, présenter le bureau national...

Devoir de redevabilité : le Conseil Régional du Centre dresse son bilan

Le Conseil Régional du Centre a fait le bilan de ses activités de 2016 à 2021, ce mardi 3 août 2021 à Ouagadougou. Un...

Vous aimeriez aussi