DÉMOCRATIE : Le Centre pour la Gouvernance Démocratique Burkina Faso tient son dialogue démocratique

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...

Ce mercredi 2 juin 2021, le Centre pour la Gouvernance Démocratique Burkina Faso a tenu son dialogue démocratique. Cette cérémonie d’échanges a eu lieu au Conseil Burkinabè des Chargeurs à Ouagadougou.

Le thème retenu pour ce dialogue a été <<Trente ans après le nouveau démocratique : comment repenser les institutions à partir de nos valeurs culturelles?>>. Les échanges ont tournés autour de la gouvernance, et plus spécifiquement la démocratie. Ce dialogue démocratique a connu la présence de Abdoul Karim Sango, du Pr Alfred Ouédraogo. Pour Abdoul Karim Sango, président du PAREN, en démocratie le pouvoir est supposé appartenir au peuple. Sur cette question il a salué le fait que depuis 1991, les élections sont organisées de façon régulières au Burkina Faso. A l’écouter, pour que cette notion soit effective, il faudrait réunir les conditions aux préalables en vue de permettre au peuple d’être le maître détenteur du pouvoir. Il a toutefois fait savoir, que certaines organisations qui analysent les démocraties dans le monde énumèrent une soixantaine de critères pour définir le régime démocratique. Alfred Ouédraogo, quant à lui, à fait savoir à propos de l’implication des chefs coutumiers dans la démocratie, qu’une enquête commanditée par le CGD avait révélé que les chefs se définissent comme des êtres extraordinaires. <<Leurs statuts est tel que si nous ne prenons garde en les ignorant, la démocratie cours un danger>>,a-t-il soutenu. S’agissant de la gouvernance et du respect des textes en vigueur, il a par ailleurs,  indiqué que pour le respect de la parole, le président élu doit jurer comme suit : Devant Dieu et les ancêtres, et prenant à témoin le peuple Burkinabè, je jure sur mon honneur et celui de ma famille, de préserver, de respecter, de faire respecter et de défendre la constitution, de tout mettre en oeuvre pour garantir la justice, le bien-être et la paix de tous les Burkinabè et à tous les habitants du Burkina Faso durant mon mandat et même après. Et que je sois frappé de malédiction s’il m’arrivait de chercher à modifier la constitution en mon seul profit ou au profit de mes proches. La cérémonie d’échanges s’est poursuivie avec les interventions des participants au dialogue  démocratique.

Arnaud BAKOI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina : Abdoul Karim SANGO et les étudiants de Nazi Boni échangent sur le passage à la Ve République

Abdoul Karim SANGO, président du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), a animé une conférence publique le samedi 12 juin 2021 à l’université Nazi...

Création des forces spéciales par le Président du Faso: Mieux vaut tard que jamais, mais mieux vaut à temps que tard.

Ceci est une déclaration du Pr Abdoulaye SOMA, Président du mouvement Soleil d'avenir sur la création des forces spéciales. Je salue la création des forces...

MOUVEMENT SENS : Le mouvement SENS déroule ses objectifs

Le mouvement SENS a tenu une Assemblée Générale Souveraine. Cette cérémonie qui a débuté le vendredi 11 juin à été clôturée ce jour samedi...

ATTAQUE DE SOLHAN : Les populations de Dori et Djibo expriment leur mécontentement

Les populations de Dori et Djibo ont manifesté ce jour 12 juin. Les uns pour demander plus de sécurité pour le Sahel, les autres pour...

Vous aimeriez aussi