Emmanuel Macron au Rwanda: «Je viens reconnaître nos responsabilités»

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

Le président français est pour la première fois au Rwanda ce jeudi 27 mai 2021. Il est seulement le deuxième président français à faire le voyage depuis le génocide des Tutsis en 1994. Le premier temps fort de ce déplacement a été la visite du mémorial du génocide de Gisozi où plus de 250 000 personnes sont enterrées. Une visite après laquelle le chef de l’État français a pris la parole pour un discours très attendu. Il a évoqué la responsabilité de la France.

Emmanuel macron n’a pas prononcé le mot « excuse », des excuses qui étaient pourtant attendu par certaines personnalités au Rwanda. S’il a évoqué la « responsabilité » de la France, il estime qu’elle n’a pas été complice : « Les tueurs qui hantaient les marais, les collines, les églises n’avaient pas le visage de la France. Elle n’a pas été complice. Le sang qui a coulé n’a pas déshonoré ses armes ni les mains de ses soldats qui ont eux aussi vu de leurs yeux l’innommable, pansé des blessures, et étouffé leurs larmes. »

Ensuite, le président français est revenu sur le devoir de la France : « Mais la France a un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda. Et elle a un devoir : celui de regarder l’histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu’elle a infligée au peuple rwandais en faisant trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de vérité. En s’engageant dès 1990 dans un conflit dans lequel elle n’avait aucune antériorité, la France n’a pas su entendre la voix de ceux qui l’avaient mise en garde, ou bien a-t-elle surestimé sa force en pensant pouvoir arrêter le pire. La France n’a pas compris que, en voulant faire obstacle à un conflit régional ou une guerre civile, elle restait de fait aux côtés d’un régime génocidaire. En ignorant les alertes des plus lucides observateurs, la France endossait une responsabilité accablante dans un engrenage qui a abouti au pire, alors même qu’elle cherchait précisément à l’éviter. »

Néanmoins, le chef de l’État français a évoqué le pardon des victimes : « Seuls ceux qui ont traversé la nuit peuvent peut-être pardonner, nous faire le don de nous pardonner. »

RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Conseil des collectivités territoriales de l’UEMOA : le nouveau bureau se présente au président du Faso

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, président en exercice de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union économique et...

Burkina Faso: le MPS et l’UNIR/PS s’unissent pour renforcer le sankarisme

C'est officiel, le parti de l'œuf de Me Bénéwendé Stanislas SANKARA et celui de Yacouba Isaac ZIDA dirigé par le Pr Augustin LOADA ne...

5e Journée de l’excellence scolaire : 99 lauréats distingués à Kosyam

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a présidé ce 3 mardi 2021 la journée de l’excellence scolaire pour l’année 2021 au palais...

Fermeture des frontières : Le conseil de l’économie informelle sensibilise plaide pour leur réouverture

Le Conseil national de l’économie informelle (CNEI-BF) était chez le Mogho Naaba dans la matinée du 3 août 2021. Objectif, présenter le bureau national...

Vous aimeriez aussi