Etats-Unis : Joe Biden veut renouer avec une diplomatie fondée sur les « alliances » et les « valeurs»

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...

Lors de son premier discours de politique étrangère, le jeudi 4 février 2021, le président démocrate a annoncé la fin du soutien des Etats-Unis à l’intervention militaire de l’Arabie saoudite dans la guerre civile au Yémen.

Joe Biden lors de son discours sur la politique étrangère, au département d’État, le jeudi 4 février 2021, à Washington a évoqué plusieurs sujets. Il était accompagné de la vice-présidente Kamala Harris et du secrétaire d’État Antony Blinken. Donald Trump avait tardé plus d’un an avant de se rendre au département d’Etat. Joe Biden a fait le déplacement deux semaines seulement après son arrivée à la Maison Blanche, jeudi 4 février. Il y a prononcé le premier discours de politique étrangère d’un début de mandat dominé par des urgences nationales : la lutte contre l’épidémie de Covid-19 et ses conséquences économiques. Ce discours a été accompagné d’un hommage particulièrement appuyé à la diplomatie et à ceux qui la servent, que son prédécesseur tenait ouvertement en piètre estime. Joe Biden a répété la promesse faite lors de son élection, puis lors de sa prestation de serment. « L’Amérique est de retour », a-t-il assuré, pour tourner la page de « l’Amérique d’abord », le slogan de son prédécesseur. Ce réengagement est justifié par la défense des intérêts de la classe moyenne américaine. Elle est mieux assurée, a-t-il affirmé, lorsque les Etats-Unis se mêlent des affaires du monde. Ceux qui attendaient un exposé sur la politique que le président entend adopter vis-à-vis de la Chine, ou bien un plan consacré aux dossiers nucléaires iranien ou nord-coréen, deux échecs de Donald Trump, devront patienter. Joe Biden s’est contenté jeudi de tracer de grands axes qui signalent un retour à l’attachement à « l’ordre » international mis sur pied par les Etats-Unis après la seconde guerre mondiale, auquel Donald Trump a tourné le dos. Il a illustré ce revirement radical par trois mesures qui devraient jouir d’un large soutien dans un Congrès paralysé par le profond fossé qui sépare les démocrates et les républicains sur les questions de politique intérieure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

UNIR/PS : Assemblée générale d’explication et d’information du processus de fusion au Sanguié

Assemblée générale d'explication et d'information du processus de fusion au Sanguié Les militants à la base dans le Sanguié adhèrent au processus   Le comité paritaire de...

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri Jean Paul  Ramdé, Boureima Zio et Isabelle  Tall ne sont...

Burkina Faso : compte rendu du conseil des ministres du mercredi 13 octobre 2021

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,  le mercredi 13 octobre 2021, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 15 H...

Grand banditisme à Ouagadougou :13 personnes dont un élément des FDS aux arrêts

Le Commissariat central de police de la ville de Ouagadougou et le service régional de la police judiciaire du Centre ont conjointement animé une...

Vous aimeriez aussi