Grand banditisme à Ouagadougou :13 personnes dont un élément des FDS aux arrêts

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...

Le Commissariat central de police de la ville de Ouagadougou et le service régional de la police judiciaire du Centre ont conjointement animé une conférence de presse le mercredi 13 octobre 2021 à Ouagadougou. Une conférence de presse qui a porté sur une opération de grande envergure menée à travers les zones criminogènes de la ville de Ouagadougou dans le cadre de la lutte contre la criminalité urbaine et le grand banditisme.

5 réseaux de délinquants spécialisés dans les vols à l’arrachée et le trafic de stupéfiants, les agressions à main armée et les cambriolages viennent d’être mis aux arrêts par les services de la police nationale notamment les brigades de recherches du commissariat central de police de Ouagadougou et des commissariats d’arrondissements ainsi que le Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ-C). Des bandits qui opéraient dans différents quartiers de la ville de Ouagadougou. Selon Aimé Salvador Bougma, commissaire central de police de la ville de Ouagadougou et Sayibou Galbané, chef du Service régional de la police judiciaire du Centre, sont revenus sur le mode opératoire du réseau spécialiste de vol à main armée, composé de K. S âgé de 30 ans domicilié à Kamboinsin et T. C. O âgé de 25 ans employé de commerce domicilié au secteur 09 de Ouagadougou repris de justice, qui se déplaçaient sur un vélomoteur.

Selon les animateurs du jour , après que lesdits malfrats ont identifié leur cible, ils font irruption sur les lieux et tiennent à joug les occupants et les dépossèdent de tous leurs biens. Pour le réseau spécialisé dans le trafic de drogue, S. B âgé de 52 ans coursier domicilier au secteur 11 de la ville de Ouagadougou, O. S âgé de 35 ans couturier domicilié au secteur 11 de Ouagadougou, les conférenciers ont indiqué qu’ils opéraient en bande organisée. A les en croire, un grossiste ayant à sa disposition un fumoir recrute des individus chargés de faire la vente de la drogue. Toute chose qui a permis la circulation d’une forte quantité de stupéfiants à travers des quartiers de la ville.

Quant au groupe commettant les vols à l’arrachée, composé de O. A. R alias Kota âgé de 26 ans, employé de commerce, repris de justice domicilié au secteur 45 de Ouagadougou, O. W. A alias le Dingue 22 ans électricien domicilié au secteur 23 de Ouagadougou et C. A âgé de 20 ans orpailleur domicilié au secteur 45 de Ouagadougou, ils opéraient en binôme sur un vélomoteur à la recherche de victimes à des heures tardives. L’une de leur spécificité, ont indiqué les conférenciers, était le fait qu’ils opéraient avec le visage cagoulé et arrachaient les objets de valeur des mains de leurs victimes. Pour le réseau spécialiste des vols par effraction, il est composé de N. E alias Mongol 34 ans employé de commerce domicilié au secteur 51 de la ville de Ouagadougou, K. L 27 ans élève domicilié au secteur 51 de Ouagadougou et K. S 25 ans soudeur domicilié au secteur 51 de Ouagadougou. « N. E opère de fois seul.

Il se déplace seul tard dans la nuit sur son vélomoteur. Il tend des guets-apens à ses victimes où il les file très souvent et attend le moment opportun pour passer à l’acte. Cette étape de passage à l’acte se déroule généralement dans les endroits de la rue empruntée par la victime où l’éclairage public est défaillant à défaut l’agression est commise à domicile », a confié le commissaire principal de police, Aimé Salvador Bougma. Le réseau des agresseurs, il est composé de D. A. R. I 34 ans employé de commerce domicilié au secteur 50 de Ouagadougou repris de justice et R. S 32 ans employé de commerce domicilié au secteur 50 de Ouagadougou.

Les conférenciers ont fait savoir que D. A. R. I opérait seul en empruntant la moto d’un ami avec la complicité de R. S qui met à sa disposition son P. A de calibre 7,65mm. Ses principales cibles étaient des dames qui descendaient tard la nuit de leur travail et profitait les suivre pour les agresser au moment propice. A leur arrestation, plusieurs biens ont été saisis. Biens composés d’un pistolet automatique de calibre 7,65 mm de marque TISAS, d’un pistolet semi-automatique de calibre 9 mm de marque Canik numéro série T6472-13 K 00019, d’un fusil Kalachnikov AK 47 n°127193 et trois chargeurs dont un chargeur garni de 13 munitions, d’un pistolet automatique de calibre 7,65 mm de marque Prewet model ID (n°CF1592) et 3 munitions de calibre 7,65 mm déclaré volé, d’une énorme quantité de drogue, de 6 couteaux baïonnettes, d’une machette, de 3 tourne-vices, de 23 sachets de cannabis, d’une bouteille de gaz de 6 kg, d’un poste téléviseur écran 32 pouces, de 4 ordinateurs portables, de 2 batteries 12 volts, de 10 téléphones portables, des clefs USB, de 8 casquettes et d’une cagoule, de 17 engins à deux roues, d’une tablette en mauvais état et de 6 téléphones portables en mauvais état.

Aussi d’autres actions ont été menées et ont permis également de contrôler 2825 personnes, 1719 engins à deux roues, 743 engins à trois roues, 494 engins à quatre roues, d’interpeller et de garder à vue 34 personnes, de mettre en fourrière 215 engins à deux roues, 45 engins à trois roues, 17 engins à quatre roues et de saisir 14 cartes grises et 4 permis de conduire. Sur l’origine de la Kalachnikov, et la prétendue arrestation de l’assassin de l’étudiante, Ina Drabo, les conférenciers ont confié que la Kalachnikov appartient à un élément des FDS. Sur l’assassinat de l’étudiante Ina Drabo, les conférenciers ont indiqué que les enquêtes se poursuivent et que très bientôt de bonnes nouvelles seront diffusées.

Egalement ils ont fait savoir que les mis en cause seront présentés au Procureur du Faso près le TGI de Ouagadougou pour des suites judiciaires. Par ailleurs, ils ont invité les populations à une franche collaboration avec les Forces de défense et de sécurité en dénonçant tout cas suspect à travers les numéros utiles que sont le 16 pour la gendarmerie nationale, le 17 pour la police nationale et le 1010 pour le Centre national de veille et d’alerte (CNVA).

Par Rayanne Ouédraogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

UNIR/PS : Assemblée générale d’explication et d’information du processus de fusion au Sanguié

Assemblée générale d'explication et d'information du processus de fusion au Sanguié Les militants à la base dans le Sanguié adhèrent au processus   Le comité paritaire de...

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri Jean Paul  Ramdé, Boureima Zio et Isabelle  Tall ne sont...

Burkina Faso : compte rendu du conseil des ministres du mercredi 13 octobre 2021

Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou,  le mercredi 13 octobre 2021, en séance ordinaire, de 09 H 00 mn à 15 H...

Grand banditisme à Ouagadougou :13 personnes dont un élément des FDS aux arrêts

Le Commissariat central de police de la ville de Ouagadougou et le service régional de la police judiciaire du Centre ont conjointement animé une...

Vous aimeriez aussi