Lutte contre l’insécurité urbaine : Un réseau de faussaires démantelé par la Police Nationale à Ouagadougou.

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...
Dans une quête continuelle et permanente d’une ville sûre et sécurisée dans tous ses compartiments, le Commissariat Central de Police de la ville de Ouagadougou (CCPO) s’emploie activement afin d’endiguer le phénomène de la criminalité sous toutes ses formes dans la capitale.
Ainsi, à travers sa Brigade de Recherches, il vient de mettre fin au parcours d’un réseau de six (06) individus, qui s’étaient spécialisés dans le faux et l’usage de faux en écriture publique ou privée et de contrefaçon des sceaux de l’Etat. Dirigé par un nommé « Karinsaamba », le groupe ciblait potentiellement les candidats aux concours qui ne remplissaient pas les conditions d’âge et de diplômes. Et grâce à un savoir-faire dont lui seul détient les secrets, Karinsaamba, seul spécialiste du groupe dans la confection des faux cachets et initiales des structures ou administrations étatiques burkinabè et d’autres pays étrangers, réussissait à établir toutes sortes de documents.
Au cours de l’enquête, plus de six cent (600) faux documents et cachets contrefaits ont été saisis parmi lesquels des cachets de différentes administrations ou mairies, des extraits de naissance du Burkina et de la Cote d’Ivoire, des bulletins de notes, des certificats de nationalité et des casiers judiciaires, des copies de CNIB, des diplômes de CEP, CAP, BEPC, BAC et BEP Burkinabé et Ivoirien, des copies d’attestations diverses, des copies de passeport, des relevés bancaires, et plusieurs autres documents administratifs.
La Police Nationale salue la collaboration des populations qui a permis d’atteindre ces résultats. Par ailleurs, elle les invite à toujours dénoncer tout cas suspect aux numéros verts mis à leur disposition : 17, 16, et 1010.
La Police Nationale, une force publique au service des citoyens !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Lutte contre le trafic illicite des drogues au Burkina Faso : un trafiquant stoppé par la Police Nationale.

Douze (12kg) kilogrammes de cannabis, c’est la quantité de drogue saisie à la date du 30 mai 2021, par l’Unité Anti-Drogue (UAD) de la...

Burkina : Abdoul Karim SANGO et les étudiants de Nazi Boni échangent sur le passage à la Ve République

Abdoul Karim SANGO, président du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), a animé une conférence publique le samedi 12 juin 2021 à l’université Nazi...

Création des forces spéciales par le Président du Faso: Mieux vaut tard que jamais, mais mieux vaut à temps que tard.

Ceci est une déclaration du Pr Abdoulaye SOMA, Président du mouvement Soleil d'avenir sur la création des forces spéciales. Je salue la création des forces...

MOUVEMENT SENS : Le mouvement SENS déroule ses objectifs

Le mouvement SENS a tenu une Assemblée Générale Souveraine. Cette cérémonie qui a débuté le vendredi 11 juin à été clôturée ce jour samedi...

Vous aimeriez aussi