RAPATRIEMENT DU CORPS D’ASSIMI KOUANDA Ça tape sur la conscience !

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

Communauté Musulmane du Burkina Faso: le Ministre de l’administration territoriale met en garde le président sortant

Le Ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale et de la décentralisation a mis en...

SECTEUR DE LA SANTE : Inutile de vouloir cacher la Honte

SECTEUR DE LA SANTE Inutile de vouloir cacher la honte ! Depuis quelques jours, une vidéo...

SOFATO : des concentrés de tomate made in Burkina d’ici décembre 2021

L’usine de transformation de la tomate dénommée Société Faso Tomate (SOFATO) qui est une...

RAPATRIEMENT DU CORPS D’ASSIMI KOUANDA
Ça tape sur la conscience !

Le Professeur islamologue n’avait certainement rêvé d’un destin aussi tragique. Nous parlons bien évidemment de Assimi Kouanda, ancien Dircab du président Blaise Compaoré et ex-Secrétaire exécutif du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). L’homme, exilé en terre ivoirienne suite aux évènements d’octobre 2014, a cru pouvoir regagner, un jour, la mère patrie en bonne santé, accueilli par sa famille biologique et politique ainsi que les amis et connaissances. Mais voilà ! L’ex-homme fort du régime Compaoré est revenu, ce 8 juin, au pays des Hommes, dans un cercueil. Quelle tragédie ! Est-on tenté de dire. Le sort dramatique de Assimi Kouanda devrait sonner dans la conscience des hommes et leaders politiques de ce pays.
Sur la question de la réconciliation nationale, nombre d’exilés politiques ou supposés tels, d’un certain âge et dans certaines conditions physiques, se trouvent à se demander aujourd’hui s’ils auront l’occasion de revenir au pays, la vie sauve. On a vu la panique et le désarroi que le décès de la mort de Assimi Kouanda a provoqués chez certains. Ils ont pratiquement accusé le régime de vouloir les maintenir dans leur situation d’exilés et les voir mourir, l’un après l’autre. Il est vrai, la politique est cruelle et bien avant l’ex-Dircarb de Compaoré, d’autres Burkinabè, du fait des évènements politiques d’octobre 1987, sont morts eux aussi, en exil. N’empêche qu’humainement, l’on doit se poser des questions sur la destinée de nos hommes politiques.
Aujourd’hui tout-puissants, régnant sur leurs concitoyens sur qui ils ont souvent pouvoir de vie ou de mort, nos princes ont pour ennemis jurés : humilité, compassion, humanité,…Il ne s’agit pas seulement des politiques. Il s’agit de tous ceux qui ont une parcelle de pouvoir et ayant les attributs pour faire rendre gorge aux  autres. Dans cette société burkinabè, il n’en manque jamais. Orgueilleux, ambitieux, prétentieux, narcissiques, bons-vivant,…Bref ! Il y a cette race d’hommes et de femmes qui ont rarement d’égard pour les semblables, mis à part les membres de leur famille et leurs amis. Quant aux fils de Goama, leur vie ne pèse pas plus que celle d’un insecte.
Mais au finish, et comme dira l’Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité ! Le sort d’Assimi devrait interroger plus d’un, notamment les hommes politiques de notre pays, sur leurs agissements, leur posture et leurs actions en lien avec la défense de l’intérêt supérieur de la Nation. Disons-le, les rapports de force en politique et même dans les autres secteurs de la vie dans notre société, doivent servir à élever l’âme de l’homme et à préserver l’âme de la République dont l’existence dans le sens plénier des termes, nous préserve de la déchéance, de la honte et du déshonneur.
Que la terre soit légère au Professeur Assimi Kouanda !

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina : Abdoul Karim SANGO et les étudiants de Nazi Boni échangent sur le passage à la Ve République

Abdoul Karim SANGO, président du Parti pour la renaissance nationale (PAREN), a animé une conférence publique le samedi 12 juin 2021 à l’université Nazi...

Création des forces spéciales par le Président du Faso: Mieux vaut tard que jamais, mais mieux vaut à temps que tard.

Ceci est une déclaration du Pr Abdoulaye SOMA, Président du mouvement Soleil d'avenir sur la création des forces spéciales. Je salue la création des forces...

MOUVEMENT SENS : Le mouvement SENS déroule ses objectifs

Le mouvement SENS a tenu une Assemblée Générale Souveraine. Cette cérémonie qui a débuté le vendredi 11 juin à été clôturée ce jour samedi...

ATTAQUE DE SOLHAN : Les populations de Dori et Djibo expriment leur mécontentement

Les populations de Dori et Djibo ont manifesté ce jour 12 juin. Les uns pour demander plus de sécurité pour le Sahel, les autres pour...

Vous aimeriez aussi