Terrorisme au Burkina : « La paix que nous avons vécue pendant 27 était une paix louée », Massourou Guiro

On en parle

CFOP-BF (Chef de file de l’opposition politique) : Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades

CFOP Bientôt la débandade ou des chaudes empoignades ? Il y a de la fumée dans...

Football : le président de la Fédération burkinabè de football Lazare Banssé éjecte 4  membres de son équipe

FBF: le président Banssé éjecte 4  membres de son équipe Raymond Dagba alias Papy, Sibiri...

RÉSULTAT DU BEPC AU LYCÉE NELSON MANDELA: 186 admis

Au tableau d'affichage du Lycée Nelson Mandela, nous avons pu noter 186 admis au...

SUPPRESSION DU CLIP DE L’ARTISTE KAYAWOTO : Son producteur, San Rémy Traoré s’exprime à ce propos

Publié il y'a environ 2 semaines, le clip de l'artiste burkinabè Kayawoto en featuring...

Le chargé de communication du Mouvement Plus rien ne sera comme avant (MPRSCA) était devant la presse ce 9 novembre. Objectif, se prononcer sur l’actualité nationale notamment le terrorisme, les sanctions de la CEDEAO contre le Mali et la Guinée. Pour lui, . «  Nos mauvaises relations, nos mauvaises collaborations, ont plongé le Burkina dans ce qu’on vit aujourd’hui après le départ du président Blaise Compaoré ».

Depuis 2015, le Burkina compte ses morts dû au terrorisme. Pour le chargé de communication du MPRSCA, Massourou Guiro, cette situation est arrivée à cause de la mal gouvernance qui a commencé depuis 1987 après la mort de Thomas Sankara jusqu’à ce jour. Aussi, il est convaincu que les relations que le Burkina a tissées avec certaines personnes qui l’ont conduit dans la déchéance.

«  Nos mauvaises relations, nos mauvaises collaborations, ont plongé le Burkina dans ce qu’on vit aujourd’hui après le départ du président Blaise Compaoré», a-t-il fait savoir. Foi de Massourou Guiro, les terroristes travaillent pour une cause dont on ignore les vraies raisons pour l’instant. Et de signifier que si les Burkinabè étaient en paix sous le régime de Blaise, cela n’allait pas durer car c’était une paix louée.

« La paix que nous avons vécue pendant 27 était une paix louée, aujourd’hui nous l’avons perdue avec le départ de Blaise Compaoré, le locataire », a indiqué Massourou Guiro. Selon ses propos, le Burkina était un carrefour où les armes transitaient pour aller endeuiller d’autres pays. Toute chose qui n’est pas normale et qui fait que les Burkinabè sont victimes de cette tragédie. A l’en croire, il faut une union sacrée de tous les Burkinabè pour vaincre les terroristes.

Il a fait savoir que cette situation n’est pas une affaire d’incapacité d’un ministre ou d’un président. «  Même si on changeait tout le monde, nous allions nous retrouver dans la même situation », a-t-il indiqué avant de déclarer que c’est dans l’union des Burkinabè qu’ils arriveront à déstabiliser l’ennemi. Selon lui, la sécurité  des Burkinabè incombent d’abord à l’armée et à elle d’assumer cette responsabilité. Aussi, Massourou Guiro a souhaité que l’on recrute plusieurs VDP et qu’ils soient dotés en armes, en moyens roulants et tout le nécessaire afin de combattre efficacement l’hydre terroriste.

« Il est temps que les Burkinabè luttent pour leur survie, car si nous pensons que c’est le président du Faso qui va venir nous sauver, nous avons menti», a-t-il signifié. Aussi a-t-il invité le ministre en charge de l’éducation à permettre aux élèves qui ont fui les zones en insécurité de pouvoir aller à l’école dans les zones d’accueil. Egalement il a salué les fusions et les naissances de partis qui augurent selon lui de la vitalité de la démocratie au Burkina.

Sur le cas UNIR/MPS, Massourou Guiro a indiqué que cela est une bonne chose pour le mouvement sankariste qui doit aller maintenant à la conquête du pouvoir d’Etat, car «  en 34 ans, nous vivons toujours sous le régime Compaoré . En 2014, les gens ont prôné la justice, la bonne gouvernance, malheureusement, ils n’ont pas eu ce qu’ils voulaient. Le président Roch Kaboré a eu la chance d’avoir 2 mandats, mais les problèmes de la population n’ont pas été réglés ». Et de confier que « le président Roch Kaboré n’a pas compris le message de la population en 2014. C’est pourquoi le pays se retrouve dans cette situation ».

Pour lui, chaque peuple mérite ses dirigeants. « Si nous voulions un vrai changement, on allait le faire, mais nous avons décidé de chasser Blaise et envoyer ceux qui ont soutenu Blaise, donc nous devons assumer nos choix », s’est-il voulu clair. Quant aux sanctions de la CEDEAO infligées au Mali et à la Guinée, le chargé de communication du MPRSCA a soutenu que la CEDEAO est dans son rôle, mais il revient aux populations maliennes et guinéennes de soutenir leurs dirigeants. Quant à la démission et du retrait de son parti PDC de la mouvance présidentielle, Massourou Guiro a soutenu que Saran Sérémé à ses raisons. Mais pour lui, le plus important, c’est le retour de la sécurité et de la quiétude au pays des hommes intègres.

Par Rayanne Ouédraogo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles récents

Burkina Faso : Selon L’UPC Pour l’UPC, la colère des citoyens burkinabè qui s’expriment est LÉGITIME.

Compte-rendu de la deuxième session ordinaire du Bureau Politique National de l’UPC, tenue le 29 novembre 2021 à Ouagadougou   Le...

Burkina Faso : COMPTE rendu du conseil des ministres du mercredi 01 Décembre 2021

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 1er DECEMBRE 2021 Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le mercredi 1er décembre 2021, en séance ordinaire, de...

Burkina Faso : COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 25 NOVEMBRE 2021

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 25 NOVEMBRE 2021 Le Conseil des ministres s’est tenu à Ouagadougou, le jeudi 25 novembre 2021, en séance ordinaire,...

Marche du 27 novembre  Le CAP s’en démarque 

Marche du 27 novembre Le CAP s’en démarque   Le Cadre d’action pour la patrie a organisé une conférence de presse le 24 novembre 2021. Objectif, se...

Marche du 27 novembre Un  collectif de commerçants exige du gouvernement la prise de mesures  pour empêcher les manifestations dans la zone des...

Marche du 27 novembre Un collectif de commerçants exige du gouvernement la prise de mesures pour empêcher les manifestations dans la zone des commerces   Le Collectif...

Vous aimeriez aussi